•  

     UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA ESTRELA

    PORTUGAL

     UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA ESTRELA- PORTUGAL

     

     UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA ESTRELA- PORTUGAL

     

    Non, il est pas une assemblée ou d'un film à effets spéciaux. L'endroit existe et est au Portugal, plus précisément dans la Serra da Estrela.

    Le barrage de Conchos est un endroit curieux. L'impression est que l'étang est coincé dans le milieu et va avaler l'eau! Construit en 1955 dans la maçonnerie de béton et de granit, ce barrage recueille toute l'eau de la rivière et Nevis est de 4,6 mètres de haut, 48 mètres de la couronne avec une capacité de stockage d'environ 120 000 m3 d'eau.

    Le petit barrage conduit l'eau de la rivière Nevis, à travers un tunnel mètres prolongation 1519 à la Bayou Long Pond. Le barrage fait partie du complexe hydroélectrique de la Serra da Estrela.

     

     UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA ESTRELA- PORTUGAL

     

     UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA ESTRELA- PORTUGAL

     

    VIDÉO MAGNIFIQUE

     


    UN DES SECRETS LES MIEUX CACHÉS DE LA SERRA DA... par catarinamacedo

     

    MERCI DE VOTRE VISITE

    GROS MIMI BISOUS

    CATY

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    40 commentaires
  • La "main de Dieu",

    un incroyable nuage en forme de poing de feu aperçu au Portugal  

    La semaine dernière, un nuage a retenu l'attention de nombreux habitants de l'île de Madère au Portugal. Surnommé la "main de Dieu", il ressemblait à un étonnant poing flamboyant traversant le ciel.  Si les nuages inspirent souvent des formes connues, visage ou animal, il arrive qu'ils prennent un aspect beaucoup plus étrange. C'est ce qui s'est produit la semaine dernière sur l'île portugaise de Madère. Dans le ciel, est apparu un nuage très particulier prenant la forme d'un poing flamboyant semblant transpercer les cieux. Rogerio Pachecon un photographe amateur qui a assisté au phénomène raconte au Daily Mail : "Dès que j'ai vu le ciel, j'ai tout de suite été intrigué et j'ai juste eu à attraper mon appareil pour prendre la photo". Partagées sur les réseaux sociaux, les photos du nuage surnommé la "main de Dieu", sont rapidement devenues virales. Mais le phénomène ne serait pas aussi exceptionnel qu'il ne parait. Un phénomène météorologique commun Selon les météorologues, ce poing flamboyant serait en réalité le résultat de la rencontre de plusieurs éléments assez communs. Aisling Creevey, météorologue de la BBC a expliqué : "Ce nuage n'est pas plus complexe que la normale, mais il s'avère juste [avoir été photographié] au moment exact où la lumière a été capturée". Selon la spécialiste, il existe plusieurs couches de nuage situées à différentes altitudes. Dans le cas précis, le nuage réunirait plusieurs couches que l'on distingue grâce aux variations de teintes. Les plus foncées par exemple, correspondraient à des nuages situés entre 2.000 et 6.000 mètres appelés altostratus. Un assemblage de ce type n'est pas rare mais on ne le voit généralement pas de cette façon. Les couleurs flamboyantes quant à elles, seraient dues à la lumière du soleil capturée par les différentes couches.     Un timing parfait Emma Sharples du Met Office britannique a complété pour la BBC : "Je pense que la présence du soleil levant l'a fait apparaître de façon plus saisissante encore que si le nuage avait été seul. Nous pensons qu'il y a peut-être des cumulus qui sont très communs, mais qui sont renforcés par la condition de la lumière". Rogerio Pacheco a donc été particulièrement chanceux. Grâce à un timing parfait, il a réussi à capturer toute la complexité des formes que le nuage a pris en un laps de temps très bref. Alors ce n'est peut-être pas la "main de Dieu", mais ça reste tout de même un "céleste" cliché.


    Partager via Gmail

    56 commentaires
  •  

    Un portrait caché derrière celui de Mona Lisa relance le mystère de la Joconde  


    Un portrait caché derrière celui de Mona Lisa... par catarinamacedo

     

    En étudiant le tableau de la Joconde, Pascal Cotte, ingénieur français et fondateur de la société Lumiere Technology, a découvert un portrait caché derrière celui de Mona Lisa.  Cinq siècles après sa conception, la Joconde de Léonard de Vinci n’en finit pas de fasciner. Nombreux sont ceux à avoir tenté d’en déceler les secrets, en vain. Pascal Cotte, ingénieur français et fondateur de la société Lumiere Technology, pourrait cependant être en passe d'élucider le mystère, ou du moins une partie. Sa découverte a été révélée dans le documentaire "Les secrets de Mona Lisa" diffusé ce mercredi 9 décembre sur la BBC. A travers l’émission, le spécialiste explique avoir identifié le portrait d’une autre femme, caché sous le sourire énigmatique de la Joconde. Une analyse multispectrale L’incroyable conclusion découle de dix années de recherche. Durant tout ce temps, Pascal Cotte a étudié le tableau dans ses moindres recoins en utilisant une technique connue sous le nom de  Layer Amplificator Method (LAM), littéralement "méthode des couches augmentées". La technique consiste à projeter sur l’œuvre d’intenses faisceaux de lumière dans 13 différentes longueurs d'onde différentes afin de mesurer les quantités de lumière renvoyées. Les mesures, effectuées à l’aide d’un posemètre, ont permis de révéler les couches pigmentaires utilisées par Léonard de Vinci. "Nous pouvons maintenant analyser exactement ce qui se passe à l'intérieur des couches de la peinture et nous pouvons les peler comme un oignon", explique Pascal Cotte dans le documentaire de la BBC. "Nous pouvons reconstruire toute la chronologie de la création du tableau", ajoute-t-il. Un visage très différent Les résultats indiquent la présence de quatre phases différentes ou images sous la surface de la Joconde. Parmi celles-ci, la troisième présente le portrait d’une femme différente de Mona Lisa. En apparence plus jeune, cette dernière présente des traits plus fins, un regard dans le vide et n’affiche aucun sourire. "Je me suis trouvé face à un portrait totalement différent de la Mona Lisa d'aujourd'hui. Ce n'est pas la même femme", poursuit-il. Selon lui, il pourrait s'agir de la véritable Lisa Gherardini, la jeune femme ayant censé servir de modèle à De Vinci. Une hypothèse qui remet en question l'identité de Mona Lisa.   "Ces résultats font exploser en éclats de nombreux mythes et changent notre vision du chef-d’œuvre de Léonard de Vinci", explique l’ingénieur qui avoue ne pas être capable de déterminer à quel intervalle de temps les deux œuvres ont été réalisées. Des résultats débattus Pour d’autres spécialistes en revanche, ces conclusions sont à tempérer. Certains ont d’ores et déjà émis de vives critiques à l’encontre des travaux de Pascal Cotte dont les résultats n’ont pour le moment pas encore été soumis à une évaluation par les pairs, processus standard permettant de vérifier leur véracité. De même l'interprétation qu'en fait le spécialiste ne fait pas l’unanimité. "Une apparence différente n’induit pas forcément l’hypothèse qu’il s’agit de deux personnes différentes" suggère Claus-Christian Carbon, chercheur allemand et auteur d’une étude stéréoscopique du tableau. "Je suis assez sceptique, parce que l'hypothèse la plus simple est toujours la meilleure je pense, c'est juste que le portrait a changé un peu". D’autres chercheurs ont également appuyé la théorie selon laquelle les deux portraits retraceraient en réalité l’évolution de Mona Lisa. Il est en effet courant qu’un artiste peigne au-dessus d’une image pour réaliser des modifications jusqu’à atteindre le résultat final voulu par celui-ci ou par le commanditaire du tableau.

    Partager via Gmail

    34 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique